Région du fleuve Mano : gros plan sur le conflit

Dans la région du fleuve Mano composée de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone, deux guerres civiles et deux crises politiques ont causé la mort de plus de 500 000 personnes et la destruction des institutions publiques.

République démocratique du Congo : gros plan sur le conflit

Tristement célèbre pour l’ampleur de ses atrocités commises en Ouganda, l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) est désormais dispersée dans les régions frontalières du Soudan du Sud, de la République centrafricaine et de la DRC. Depuis 2008, quelque 7 600 civils auraient été enlevés par la LRA dans ces trois pays. 

République centrafricaine : gros plan sur le conflit

Historique du conflit en République centrafricaine

La République centrafricaine (RCA) détient une longue et turbulente histoire de conflits violents et d’instabilité politique. Depuis 2013, date à laquelle la dernière crise a éclaté, des efforts considérables ont été faits pour éviter que le pays ne sombre dans le conflit armé. 

Intégration de la dimension de genre dans l’ADN de la consolidation de la paix: Apprentissage par les pairs

Il y a plus de vingt ans, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté la résolution 1325, qui reconnaît la contribution des femmes à la paix et à la sécurité ainsi que la nécessité de lutter contre l’inégalité des genres pour instaurer une paix durable. En effet, les impacts particuliers que les conflits produisent sur les femmes et les liens entre l’inégalité deås genres et l’éruption de conflits violents ont été amplement démontrés. Malgré ces preuves et des cadres normatifs mondiaux bien établis, on constate un écart entre l’intention transformatrice du programme pour les femmes, la paix et la sécurité (FPS) et sa mise en œuvre au sein des organisations engagées dans la consolidation de la paix et la résolution de conflits.

La vision de paix des jeunes en République centrafricaine

En mars 2021, Conciliation Resources et ses partenaires (le Conseil national de la jeunesse centrafricaine [CNJCA], la Commission diocésaine pour la pastorale de l’enfance et de la jeunesse [CDPEJ], la Jeunesse islamique centrafricaine [JICA], la Jeunesse évangélique africaine [JEA] et l’association des taxis-motos) ont mené une étude pour connaître le point de vue des jeunes en ce qui concerne notamment les processus de consolidation de la paix et leur vision de l’avenir, et ce en fonction de leur expérience individuelle et collective de la crise.

Les expériences des jeunes ex-combattant(e)s en République centrafricaine

Le conflit contemporain dans le nord-ouest de la République centrafricaine (RCA) est alimenté par les dynamiques locales. Les groupes armés font partie d’une mouvance informelle qui émerge organiquement en réponse aux besoins de protection ou de vengeance des communautés. Au fil du temps, ils ont recours au banditisme pour assurer leur survie. Les membres de ces groupes armés sont majoritairement jeunes et souvent sans arme, et il est difficile de faire la distinction entre les combattant(e)s et les non-combattant(e)s.

Les Jeunes et les groupes armés en RépubLique Centrafricaine: Les voix de Bossangoa

Conciliation Resources a mené un exercice d’écoute avec des jeunes associés à des groupes armés à Bossangoa. Cet exercice avait pour objectif de comprendre les raisons pour lesquelles les jeunes s’engagent dans des groupes armés, leur vie au sein desdits groupes, ainsi que les voies possibles de la démobilisation et les défis auxquels ils sont confrontés à leur retour au sein de leurs communautés respectives.

À l’écoute des jeunes associés À des groupes armés dans le nord-ouest de la république centrafricaine

Conciliation Resources et Femme Homme Action Plus (FHAP) ont mené un exercice d’écoute avec des jeunes associés à des groupes armés à paoua (préfecture de l’ouham-pendé). Cet exercice avait pour objectif de comprendre les raisons pour lesquelles les jeunes s’engageaient dans des groupes armés, leur vie au sein desdits groupes, ainsi que les voies possibles de la démobilisation et les défis auxquels les jeunes sont confrontés à leur retour au sein de leurs communautés respectives.

Paix et sécurité en République centrafricaine

Après l’échec de plusieurs processus de paix, un accord de paix a été négocié à Khartoum et signé dans la capitale bangui le 6 février 2019 par le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés. Dans le contexte de préparation à l'organisation des élections en décembre 2020, l'étude cherche à comprendre le point de vue des populations locales et ainsi guider une politique efficace et volontariste durant et après cette période crucial.

Subscribe to